Espace Libraires Foreign Rights
Accueil
Robert Laffont Bouquins NiL éditions Julliard Seghers
Accueil
Rechercher
Catalogue numérique  
Accueil Actualités Catalogue Revue de presse
Zoom sur
l_atelier_d_ecriture_de_gabriel_garca_mrquez_&100&9782232128318.html
https://www.youtube.com/watch?v=-_uFuDO1qj4
This caption can be styled using CSS.
couverture
Parution : 22 Janvier 2015
Format : 1 x 197 mm
Nombre de pages : 168
Prix : 15,90 €
ISBN : 2-232-12413-4
Acheter le livre
  Voir la version numérique
Retour Partager sur Facebook Envoyer à un ami Imprimer la fiche
LANTERNE MAGIQUE - NE
Chroniques littéraires de Paris occupé
   
Léon-Paul FARGUE
En 1944, le jeune Robert Laffont, éditeur à Marseille, publiait Lanterne magique de Léon-Paul Fargue. Retour sur les chroniques de 1941-1943 du Piéton de Paris...
Artaud louait sa « liberté poétique extrême », Max Jacob le saluait comme « un grand ingénieur du rêve », Claudel qualifiait son style de « jet de cocasserie splendide », Proust affirmait son « admirable talent » et Rilke le considérait comme l'un des plus grands poètes de son époque. Mais c'est Jean Paulhan qui définissait le mieux l'homme en évoquant « une sorte de tendresse humaine, une humanité humble, insistante... ». Léon-Paul Fargue était à la fois aristocrate et artisan, individualiste et humaniste, vagabond ami du confort mais farouchement anti-bourgeois ; il se trouvait aussi bien dans les cercles les plus mondains, autour de quelque princesse ou académicien, que sur le zinc d'un bar de la Villette. Les articles qu'il fit paraître dans la presse, rassemblés dans le désormais culte Piéton de Paris, l'ont consacré en 1939 comme l'amoureux attitré de la ville, le poète du macadam et l'un des maîtres de l'art de la chronique. Au plus sombre des années noires, il ne cède en rien au défaitisme. Au contraire, il en appelle à la confiance et poursuit son travail de mémorialiste de la fantaisie et du rêve. Ici, avec sa lanterne magique, il projette ses souvenirs : l'exposition universelle de 1900, les causeries chez Mallarmé, les peintres impressionnistes, Hugo le précurseur, l'actrice Réjane. Il parle de ses goûts, musique et création, raconte les fiacres des boulevards, la mode féminine, la tendresse des soirs de printemps. Mêlant réflexions littéraires, anecdotes érudites et scènes de la vie quotidienne, il s'interroge également sur l'actualité de son temps, en prenant soin de se ménager des désagréments de la censure. Grâce à la fulgurance de ses images, l'acrobatie de ses inventions, le saugrenu de ses comparaisons, Fargue nous entraîne dans une véritable fête ou la songerie intime se confond avec la vie réelle, ou les souvenirs d'amour sont le reflet doux-amer des souvenirs d'enfance.
"En une triste époque ou la jeunesse vit presque exclusivement dans le présent le plus immédiat, il est des événements apparemment microscopiques qui viennent opportunément nous rappeler que le monde existait avant nous. La réédition de Lanterne magique par les Editions Seghers en est une preuve.(...) Une extraordinaire érudition jamais pédante irrigue ces pages qu'il convient de ne surtout pas lire dans la stricte chronologie, mais dont il faut picorer les lignes pleines d'une originale saveur. Il y a là un perpétuel questionnement qui - avec une sorte de modestie non affectée - souligne que rien n'est jamais acquis, que chacun peut se tromper, que le monde est fait de contradictions fécondes, qu'il faut lutter contre les idées toutes faites, les préjugés l'autosatisfaction. En un mot, une pensée en marche. Et qui continue à marcher de nos jours comme alors. Tout cela baigné d'un humour si fort et si subtil qu'il en devient imperceptible pour qui lit au premier degré."Jacques Lovichi, La Marseillaise 01/02/2015

" Fargue, c'est ce magicien de la métaphore, qui en abuse, mais avec l'excès de celui qui, pour déshabiller les choses et les serrer de près, retaille le costume, toujours plus étrange, toujours mieux ajusté. C'est ce style en marche et en étoile, qui refuse de choisir entre la poésie ou la prose et apprivoise d'une même oreille les tâtonnements de la phrase et les spasmes de l'image. "Claire de Crisnay, Libération 25/03/2015

"Le bonheur de l'écriture est constant chez Léon-Paul Fargue, un sentiment poétique du monde qu'il oppose non sans panache à la violence de celui-ci.Tout est pour lui matière à chronique, un souvenir, une promenade, l'arrivée en fanfare du printemps. C'est un fils du Symbolisme, convaincu que les réalistes en littérature se cassent le nez sur la surface des choses. La sophistication de l'image poétique, au contraire, permet d'atteindre leur mystère et, si elle en sont dépourvues, de les sublimer afin de rendre moins ennuyeuse et prosäique notre propre condition."Eric Chevillard, Le Monde des livres 12/03/2015

"Chacune de ces pages recèle de formules qui valent qu'on les recopie, une pique parfaite et ramassée, une phrase nimbée de poésie discrète, ironique et tendre.
Ce qui frappe aussi, c'est l'optimisme de Fargue, son soucis de ne pas céder aux mauvais penchants, si faciles dans le contexte ou il écrivait. Ses tentatives pour s'arracher à la banalité, en soi, ont déjà une valeur morale. Mais il n'hésite pas à proclamer sa foi dans la capacité des hommes et des peuples à faire mieux que ce qu'il font."Bernard Quiriny, Le Magazine littéraire 30/03/2015

(Dans la catégorie "On ne doit pas s'en priver".) En voilà un qui ne nous fait jamais prendre des vessies pour des lanternes. Un homme trois étoiles.Bernard Morlino, Le Magazine littéraire 01/06/2015

C'est souvent d'une grande finesse de pensée et d'une belle délicatesse de plume.Didier Garcia, Le Matricule des anges 19/05/2015

Né le 5 mars 1876 dans le quartier des Halles à Paris, Léon-Paul Fargue se lie intimement avec Alfred Jarry au lycée Henri-IV. Il fonde avec Valery Larbaud et Paul Valéry la légendaire et luxueuse revue Commerce. Dans l'ébullition artistique du Paris de l'entre-deux-guerres, il n'adhère pas au surréalisme, mais se lie aux plus beaux esprits de son temps : Gide, Satie, Ravel, Picasso, Léautaud, Giraudoux, Cocteau? En 1939, après de nombreux recueils de poésie publiés chez Gallimard, il fait paraître son livre demeuré le plus célèbre, Le Piéton de Paris, qui rassemble ses chroniques sur « sa » ville :...
Lire la suite
         
Vous avez consulté Nous vous proposons
LANTERNE MAGIQUE - NE
Chroniques littéraires de Paris occupé
Léon-Paul FARGUE
ANNA ET L'HOMME-HIRONDELLE
ANNA ET L'HOMME-HIRONDELLE
Gavriel SAVIT
L'ATELIER D'ÉCRITURE DE GABRIEL GARCÍA MÁRQUEZ
L'ATELIER D'ÉCRITURE DE GABRIEL GARCÍA MÁRQUEZ
Comment raconter une histoire

Gabriel GARCÍA MÁRQUEZ
Lire la suite   Lire la suite    
Supprimer l'historique
Qui sommes-nous ?   Contacts   Mentions légales   Plan du site   Catalogue pdf